courir à jeun

Courir à jeun : conseils pour ne pas risquer l’hypoglycémie

Cet article est également disponible en : Anglais

Quels sont les avantages de courir à jeun ? Y a-t-il des risques ? Comment les éviter ? Sur ce sujet épineux, les avis des experts sont souvent mitigés. Quelques informations utiles pour se décider – ou renoncer.

Que vous aimiez passionnément courir ou que vous ayez choisi de vous y mettre pour des raisons pratiques, vous avez sans doute été confronté à cette problématique : vaut-il mieux partir courir à jeun, ou après un petit déjeuner léger ?

Les adeptes de la course à pied à jeun sont souvent motivés par un objectif de perte de poids

Courir à jeun présente des avantages. On est plus léger, et on est sûr d’attaquer la journée en cochant d’emblée la case : « séance de running du jour ». Mais l’avantage principal de la course à pied à jeun (souvent celui qui motive pour ce genre de pratique) est la perte de poids. En effet, en courant le ventre vide, l’organisme va puiser plus rapidement dans les réserves stockées par le corps (= les graisses), et donc vous faire perdre du poids.

Allez-y doucement !

Mais attention toutefois à respecter certaines règles. Si vous souhaitez courir à jeun, il faut impérativement courir à une allure modérée, vous permettant une bonne aisance respiratoire. En clair, vous devez être capable de raconter le dernier épisode de votre série préférée ou votre dernière expérience de Smart Run en courant. Car sans petit déjeuner ou en-cas, votre taux de sucre dans le sang est faible. Un effort important risquerait de vous propulser dans une situation d’hypoglycémie.  Peur qu’un entraînement de faible intensité ne vous aide pas à atteindre vos objectifs de perte de poids assez vite ? Rassurez-vous, de manière générale, c’est en courant à faible allure que votre corps va le mieux puiser dans vos graisses.

Autre paramètre important, en courant à jeun, votre sortie de course à pied doit être plus courte. Des séances de 45 minutes suffisent amplement pour perdre du poids, donc optez pour des Smart Run de 5 km (et poussez éventuellement la balade jusqu’à 7 km si vous en ressentez le besoin).

Quoi qu’il en soit, cette pratique est tout de même traumatisante pour le corps, et il ne faut pas en abuser.

Précautions de base pour courir à jeun

Si courir à jeun vous tente, il est important de toujours demander au préalable un avis médical

Même si vous êtes en bonne santé et que votre médecin traitant ne s’y oppose pas, le principe de précaution s’applique : emportez avec vous un en-cas sucré facile à absorber (gel, barre énergétique, fruits secs), votre téléphone, et un peu d’argent.

Et n’oubliez pas de boire de l’eau ! En partant au saut du lit, n’oubliez pas que votre corps s’est déshydraté pendant la nuit. Partir courir à jeun en étant mal hydraté, c’est prendre deux fois plus de risques de faire un malaise en chemin.

Et après la course ?

En rentrant de votre footing, ne tardez pas trop avant de fournir à votre corps l’énergie dont il a besoin. Commencez par un grand verre d’eau, et enchaînez sur un petit déjeuner complet, avec au menu : des protéines (œufs, laitages), des glucides complexes (céréales complètes) et des sucres rapides (fruits frais). N’oubliez pas qu’une bonne récupération, c’est la garantie de pouvoir progresser en courant plus fréquemment.

Bonne course !

Laisser un commentaire