running et business

Running et business : courir pour faire des affaires

Running et business n’ont jamais fait aussi bon ménage. Si le phénomène course à pied touche toutes les catégories socio-professionnelles, et toutes les tranches d’âge, c’est chez les cadres supérieurs que l’engouement est le plus flagrant. Et de Mark Zuckerberg au couple présidentiel de la série HBO House of Cards, le running séduit même jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir.

Dans un article consacré à la course à pied, le magazine GQ constatait ce mois-ci que le running était « devenu un nouveau moyen de faire avancer son plan de carrière ».  À croire que la course à pied serait devenue un nouveau status symbol, détrônant le golf et le tennis qui ont longtemps fait office de terrain de négociations.

Le succès du running chez les cadres supérieurs

Qu’est-ce qui peut bien expliquer ce succès ?

Tout d’abord, l’aspect pratique. Quitte à choisir un sport, autant pouvoir le pratiquer facilement, y compris quand on est en déplacement. Une paire de chaussures adaptées et des écouteurs suffisent quand on est adepte du running. On peut difficilement faire moins encombrant dans une valise. Vous êtes d’ailleurs très nombreux à utiliser l’application Runnin’City dans le cadre de vos déplacements professionnels, et à plébisciter le guidage GPS vocal sur des parcours pensés pour les coureurs, dans des villes que vous ne connaissez pas.

Mais il y a peut-être une autre raison. Dans le magazine économique suisse Bilan, la journaliste Mary Vakaridis expliquait il y a quelques mois :

Une pratique intensive du sport et un physique émacié sont devenus des critères de succès [qui] symbolise[nt] des capacités d’endurance hors normes et une combativité à toute épreuve. Le signe de la réussite complète de l’individu. Il ne s’agit pas vraiment d’un culte du corps mais plutôt de la compétitivité.

Ainsi, pratiquer la course à pied serait une manière de démontrer sa combativité. Le running serait donc valorisé en entreprise. De plus, du point de vue du management, un employé qui s’entraîne et se maintient en forme sera plus concentré, plus productif, et moins souvent malade.

Running et business : comment la course à pied peut permettre de faire des affaires

La course à pied présente un avantage non négligeable sur la plupart des autres sports : elle permet, lorsqu’on la pratique à plusieurs, d’entretenir une conversation. D’où le succès éclatant des groupes de running, et la multiplication des services permettant de rencontrer un partenaire de course à pied. Pour que running et business fonctionne de pair, certains groupes décident même de n’ouvrir leurs portes qu’aux employés d’un même secteur. C’est le cas par exemple du Digital Runners Club, qui se veut première communauté running des acteurs du digital.

À titre d’exemple, à l’occasion du Web Summit de Lisbonne en novembre 2017, nous avions organisé, pour les participants au salon, les Lisbon Running Tours, des sessions running sur des parcours issus de l’application Runnin’City. Malgré un horaire de rendez-vous très matinal, et une communication très limitée, nous avons attiré plusieurs centaines d’inscrits. Chaque matin, des dizaines de pratiquants, runners aguerris ou non, nous retrouvaient pour profiter de quelques foulées le matin, et présenter leur activité dans un contexte plus détendu.

La recherche d’emploi par le running

Et pour ceux qui ne sont pas en poste ? Ca marche aussi ! Wizbii organisait le 22 avril dernier le tout premier JobRun, une session de course pour les jeunes à la recherche d’un stage, d’un contrat ou d’un réseau avant de se lancer dans l’entrepreneuriat.

 

Laisser un commentaire