Karl dévelopeur devant ses écrans

Karl Gochgarian, développeur chez Mile : «  Le développement d’une application n’est jamais terminé  »

À l’occasion de la journée mondiale des programmeurs et développeurs, Karl Gochgarian, 24 ans, développeur de l’application Runnin’City revient sur son parcours et ses missions quotidiennes chez Mile.

Bonjour Karl, tu es développeur pour Mile depuis plus d’un an. Comment l’aventure Runnin’City a-t-elle démarré pour toi ?

J’étais en formation d’ingénieur à l’ECAM Lyon. Avec un copain de promo, nous nous sommes intéressé au développement d’applis mobiles ; on en a créé quelques-unes pour s’amuser. Olivier Lebleu, l’un des co-fondateurs de Mile, était intervenant dans mon école. Il avait cette idée de créer Runnin’City et le projet nous a plu. J’ai commencé à développer pour Mile pendant ma dernière année d’école pour notre projet industriel. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai signé un CDI dans l’entreprise.

Quels obstacles as-tu rencontrés lors du développement de Runnin’City ?

Le plus gros challenge a été de créer une véritable expérience de navigation GPS audio, sans que l’utilisateur n’ait à regarder son téléphone pendant l’utilisation des parcours (ce qu’on appelle les Smart Runs). C’est ce qui nous distingue de tous nos concurrents. Pour y parvenir, on a dû écrire un code très complexe et faire de nombreux tests sur le terrain.

« Créer une véritable expérience de navigation audio »

Maintenant que l’application est fonctionnelle, quelles sont tes missions au quotidien ?

Runnin’City fonctionne très bien, mais son travail de développement n’est jamais terminé. On a les yeux rivés sur les statistiques d’utilisation de l’appli (quels sont les parcours les plus empruntés, quelles sont les fonctionnalités les plus utilisées…) Ça nous permet de prendre conscience des besoins des utilisateurs. Je réalise aussi un travail de veille pour proposer régulièrement des nouvelles idées pour améliorer Runnin’City.

Quelles évolutions sont prévues sur l’application ?

Nous allons proposer des anecdotes sur chacune des 115 villes couvertes par Runnin’City, qui seront distillées durant les parcours, en plus des points d’intérêt. L’occasion d’en apprendre encore un peu plus sur les villes qu’on visite avec Runnin’City !

À part Runnin’City, sur quels autres projets travailles-tu ?

Je développe également des applications destinées à nos partenaires commerciaux. En clair, ce sont des clients qui commandent des applications reprenant le concept de Runnin’City, mais avec leurs propres identités visuelles. On a ainsi développé les applications « enform@Lyon » (commandée à Mile par la Ville de Lyon), « Aubagne 1895 » et celle d’« Extra Sports ».

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans le développement mobile ?

Je lui dirais d’être avant tout ouvert et curieux. Aujourd’hui, il est tout à fait possible de se former en autodidacte. Il existe plein de tutoriels sur Internet qui sont très clairs et qui permettent de bien démarrer !

Laisser un commentaire